36- Thailande

(post Rédigé par Olivier)

Dépaysement total pour nous, l’Asie nous ne connaissons pas, arrivée à l’aéroport au milieu de ces visages tellement différents des européens, visages presque tous souriants😁

Nous comptons désormais notre argent en Bath, 1€~35baths (80 baths par personne pour gagner le centre ville en bus à ~40km).

À la sortie du bus climatisé, la chaleur et des centaines de petits vendeurs, de la nourriture, qui ne ressemble à rien de connu, les écriteaux comme les odeurs sont indéchiffrables…

Coup de Cœur❤

La nourriture, les fruits, les jus, et même les petites crêpes… Sans trop de risque à priori puisque nous avons souvent mangé dans les cantines de rue (le plat pour 40 Baths) sans avoir de soucis.

Coup de Gueule😡

On pourra semble-t-il resservir les vendeurs collants à chaque post en Asie… Passons donc à autre chose : le modèle occidentale qui est un must vers lequel il faut tendre… A titre d’exemple, même dans les campagnes les plus reculées, dès qu’une famille à un peu d’argent, la priorité est de détruire leur habitat traditionnel en bois, sur pilotis, bien adapté au climat, notamment pour le confort d’été, par une maison en briques / ciments à la façon de nos lotissements à la c.. , bien moins confortable et saine, pleine d’énergie grise inutile… dans la même veine, toutes les petites activités artisanales qui leur permettaient de limiter leur besoin d’argent (élevage vers à soi, tissage, confection vêtements, culture du riz, vannerie…) disparaissent très rapidement… Dommage que tous ces pays ne comprennent pas avant nous la mauvaise idée de ce modèle de développement…

 

C’est bien:mrgreen:

Les produits Chinois de moindre qualité qui envahissent tous les pays pauvres nous ont semblé pas si nombreux, beaucoup de « Made in Thailande » 🙂

C’est moins bien, voir c’est dur😳

Traverser la rue en ville… 1 passage piéton tous les 20km ! piétons pas du tout prioritaire, enfant ou pas ça ne change rien… Il faut un peu de pratique, oublier les règles de prudences qui sont les nôtres et simplement avancer doucement, normalement, on vous évite…

Le mot des enfants 😎

(non corrigé, non soufflé, non censuré… mais bien difficile à obtenir, trop fatiguant !)

Lily : Cuisiner avec les locaux, à leur manière, et voir leur façon de vivre fût une très belle expérience ; d’autant que le résultat était bien meilleur que les vers grillés que nous avons gouté au marché.

Eliot : pas d’idée… no comment…
 

Réflexion du jour💡

On nous demande souvent pourquoi un tel voyage. Nous avons bien du mal à répondre… Faut-il une raison évidente pour entreprendre un tel périple ? pour égarer nos enfants de la sorte, loin du chemin idéal du parfait petit soldat que nos oligarches cherchent à nous imposer pour assurer la survie de ce système aberrant qui assure leurs privilèges ?

Vous l’aurez compris une bonne partie de la réponse est dans la question qui précède 😉 Montrer que d’autres chemins sont possibles, que le monde n’est pas dangereux contrairement à la doctrine qu’on nous injecte, gagner en autonomie et résilience, apprendre la patience, la tolérance et le respect, prendre conscience de notre chance et donc comprendre ceux qui tentent de rejoindre nos contrées, pour les considérer avec bienveillance plutôt qu’avec mépris et arrogance….

Prendre conscience de la diversité des peuples, des modes de vie, des religions, us et coutumes, de la beauté de la nature,de la biodiversité… mais aussi de la connerie humaine à la mépriser et la détruire de la sorte…

Bref nous n’avons aucune réponse à cette question, ou plutôt avons un millier de bonnes raisons!

Le voyage est pour moi un terme noble qui grandit l’âme… J’en exclut bien entendu le tourisme à la con qui consiste à prétendre avoir voyagé après quelques temps « all inclusive », dans une formule aseptisée,que ce soit via un village vacance, une croisière ou autre, exploitant au passage les locaux comme des esclaves,
Dans une moindre mesure, j’y inclus même les séjours auto-organisés, entièrement planifié, minuté, sécurisé avec hébergement pour touristes et enchaînement d’étapes touristiques pour cumuler à son tableau de chasse photographique des images mortes que les yeux ont à peine entrevue et que l’esprit n’a pas eu le temps de ressentir… sans avoir eu l’honneur d’échanger un peu avec les locaux pour toucher du bout des doigts leur quotidien…

J’imagine que beaucoup jugeront cette fin de réflexion excessive et prétentieuse, mais j’assume et espère au moins susciter de la réflexion.😀

 

Jour après Jour

Nous voila donc en Asie, une première pour la famille. Nous allons donc pouvoir confronter à la réalité notre imaginaire Franchouiard de tous les contrastes :

  • les mégapoles et la technologie versus la ruralité et la rudesse de la vie associée, la simplicité des campagnes,
  • l’hygiène exacerbée versus des pratiques difficiles à accepter pour nous (manger avec les mains, cracher, se nettoyer le popotin avec les mains…),
  • une nourriture bien différentes, cuisinée, souvent très voir trop épicée, basée sur le riz versus les envahisseurs multinationales tentant d’imposer leurs cochonneries toxiques et standardisées

Bangkok, 08 au 12 Novembre 2019

Premier pas dans une température douce, dans un monde ou nous ne savons plus lire… Première petite galère pour trouver le bon bus, première découverte de cette capitale de plus de 10 millions d’habitants.

Premier contact avec le coût de la vie local. Il faut généralement 2 à 3 jours pour se faire une bonne idée du prix des choses, sachant que dans ces pays, les prix peuvent facilement varier du simple au quintuple suivant que l’on paye le prix local ou le prix touriste ! Les moins enclins à nous raquetter, sont comme bien souvent, ceux qui ont le moins…. comme ces cantines de rue, ou le plat pour manger est à 40 Bath (~1€) pour tout le monde, non négociable. Mais pour le reste, tout se négocie, sans que l’on ne sache au final vraiment jamais le juste prix…

Bangkok est une ville facile ou l’on arrive sans trop de mal à prendre les bus locaux, ou les renseignements sont faciles à obtenir, ou l’on trouve de partout des gens qui parlent Anglais, ville même plutôt propre, mais ville bien entendu bruyante, polluée, congestionnée par la circulation, avec son quartier touristique qui nous met toujours mal à l’aise, avec ces trop nombreux vacanciers qui étalent sans retenue leur argent et profitent de leur privilège comme un du, sans état d’âme face à ceux qui n’ont presque rien…

Nous avons parcouru quelques temples, balade sympa, sans plus, mais dans une foule compacte et oppressante…

Nous avons visité le Grand Palais, avec certes de très belles choses, mais toujours noyé dans la foule et avec cet arrière goût de participer à un tourisme de masse toxique…

Nous avons enfin eu la chance d’être la pour « Loy Krathong », sorte de fête de la lumière en Novembre pour la pleine lune. Des milliers de petites embarcations sont mises à l’eau avec une bougie allumée, de l’encens… Cette année, le gouvernement avait de plus demandé à ce que tout soit fait en matériaux biodégradable:-) Malheureusement, des barques ramassent le tout très rapidement, après juste quelques minutes sur l’eau, ce qui n’est à priori pas le cas dans les plus petites villes, donc déception…

Nous avons pris nos marques, il est temps de quitter cette capitale sans réel intérêt.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

13 au 17 Novembre 2019 – Séjour chez Jacques et sa belle Famille

Le réseau reste le meilleur moyen de trouver les plans sympa. Merci aux « Pinguinos en Viaje » pour la super info. Après une grosse 1/2 journée en bus, nous voilà donc à Chayaphum, 300km au Nord de Bangkok, loin des touristes, en pleine campagne. Jacques nous y récupère ; il vit ici depuis une 20ène d’années. Nous passons 3 jours merveilleux avec lui & Orm, son épouse, et sa belle famille.

Nous avons le bonheur d’être initié à la cuisine local, notamment les pâtisseries cuites dans des feuilles de bananes pliées façon origami, enseigné avec patience et sourire par cette belle famille adorable.

Nous avons également le droit à une présentation détaillée de l’élevage des vers à soie, de l’extraction du fil et du tissage, par une vielle Dame, une des dernières qui fait encore cela. Vraiment très intéressant, impressionnant de savoir faire et du temps à y passer…

Merci pour tous ces enseignements, ces belles découvertes, tous ces fruits excellents, le riz collant et la confiture au petit déjeuner, mais surtout pour ces échanges riches et sages, qui nous ont fait prendre un peu plus conscience de nos lacunes en terme de spiritualité… Apprendre à mieux se connaître, mieux maitriser ses émotions, mieux communiquer, intégrer la tolérance… par la méditation, le yoga ou autre pratiques ad’hoc, auxquelles nous devrions être tous initié dès le plus jeune âge.

15 & 16 Novembre, Nong Kay

Une nouvelle grosse 1/2 journée de Bus et nous voilà à Nong Kaï, la Frontière avec le Laos, au bord du Mékong.
Ville paisible ou il fait bon trainer au bord de ce fleuve mythique.
Simple étape pour rejoindre GAÏA ASHRAM, un éco-lieu, basé sur l’éco-construction et la permaculture.

 

16 au 22 Novembre, Gaïa Ashram

Tom (des Pays bas, ici depuis presque 20 ans) développe ce beau projet avec Om, son épouse Thaï, depuis 6 ans.

Ils ont transformé des champs de riz, en un jardin diversifié et productif, avec déjà de beaux arbres ; ont construit en terre et matériaux de récupération pour accueillir volontaires et guest. Chacun participe à la vie du lieu, préparation petit-dej, nettoyage, vaisselle…

  • 5h45 : Médiation
  • 6h15 : Yoga
  • 7h30 : Petit Dej
  • 9h00 / 12h00 : Morning session
  • 12h30 : Déjeuner
  • 15h/17h : Afternoon session
  • 18h00 : Meditation
  • 19h30 : Diner

Pas le temps de s’ennuyer… Olivier a passé une bonne partie de son temps dans l’atelier (réparation de vieux vélo, construction étagère…) pendant que le reste de la famille participait à la confection d’éco-briques, au tri, à la confection de brique en Adobe…).

Nous n’avions pas prévu d’aller au Népal, mais je trouvais cela un peu dommage de ne pas aller voir ces plus hautes montagnes du monde alors que nous en sommes pas très loin… après avoir convaincu la famille, nous décidons donc d’écourter notre séjour ici pour voler jusqu’au Népal avant que le froid de l’hiver ne soit trop mordant pour nous permettre les treks qui nous permettrons d’entrevoir ces sommets majestueux… Nous reviendrons sans doute par ici, pour le Laos, Le Cambodge ou autre après…

35- Turquie, nouveau départ

Premier post de ce nouveau voyage, 🙂

3 jours à Istanbul puisque notre avion y fait un stop.

 

Coup de Cœur❤

La myriade de pâtisseries orientales gorgées de miel, des loukoums fourrés de chocolat, caramel,ganaches diverses… toutes plus savoureuses les unes que les autres !

 

 

 

 

 

 

 

Coup de Gueule😡

Pas encore parti ces Français, que ça grogne déjà ! Les vendeurs qui vous collent comme des abeilles à un pot de miel…

 

C’est bien:mrgreen:

Le coût de la vie, bas pour nous et une nourriture plutôt sympathique pour nos papilles ( nous mangions dans une cantine populaire pour 12€).

La ville, du moins pour la partie touristique que l’on a visité, plutôt propre avec un sentiment de sécurité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est moins bien, voir c’est dur😳

Des chats par centaines , du plastiques à usage unique de partout et les symptômes classiques des grandes villes difficilement supportables pour nous ; mais nous craignions qu’il va devoir s’y habituer…

Le mot des enfants 😎

(non corrigé, non soufflé, non censuré…)

Lily : Les appels à la prière chantés par les Muezzins du sommet des minarets 5 fois par jours en public que nous n’avons pas vraiment envie d’entendre…
ET LES DESSERTS que nous aimerions aussi avoir dans nos boulangeries !!!

Eliot : Istanbul c’est cool mais les pentes ça fait les jambes avec des sacs à dos de 10KG !
Et ce qui est bien c’est qu’il y a des petits commerces de partout !

 

Réflexion du jour💡

Sentiment de satisfaction, d’être parvenu à prendre ce nouveau départ… jamais gagné après être rentré… Encore un peu la tête dans le guidon et en période de ré-adaptation, donc nous tacherons de relancer ce chapitre pour notre prochain post…

 

Jour après Jour

Du 4 au 7 Novembre 2019

Température agréable et climat sec. Istanbul est une ville pleine de commerces et de produits made in Asia, sans architecture très enchanteresse et inondée par un flot humain continu.

Reste les quelques monuments à visiter, même si nous préférons un beau paysage en pleine nature ou le partage d’une tranche de vie local sans artifice.

Nous avons opté pour la mosquée Bleue, malheureusement toute en travaux et donc cachée sous le voile, islamique ? 🙂 des échafaudages ; puis la Basilique Sainte Sophie aussi partiellement en travaux mais qui nous a laissé entrevoir de belles choses bien que pas du tout du niveau de la Basilique Saint Marc de Venise par exemple.

Préférant la nature à la ville nous concluons là ce post pour vous donner rendez- vous en Asie, ou notre seul programme comporte une ligne unique à ce jour, arrivée à Bangkok avec 4 nuits réservées dans une guesthousse.

P.S. passez voter dans la page d’accueil sur notre nouveau sondage 🙂