27- Polynésie Française, on s’approche du Paradis…

Coup de Cœur ❤

Nager avec les raies et les Requins, un plaisir auquel on a goûté 3 fois…
Les plages, lagons et couleurs « carte postale »… sur ce coup là, on ne nous a pas menti !

17

Coup de Gueule 😡

  • Plusieurs petites choses, qui ne font vraiment pas honneur à notre peuple…
  • Pas de wifi en arrivant à l’aéroport, même payant !!! c’est peu être bien le seul aéroport international au monde à ne pas le proposer…
  • La qualité de certaines pensions, à des prix pourtant bien élevés… En plus de ne pas être propres et pas entretenues, il n’y a aucun service… Une honte…
  • Quasi aucun camping pour les routards à petit budget
  • Pas de liaison maritime inter-îles (sauf pour Moréa), sans doute la pression du monopôle d’Air Tahiti qui en profite pour pratiquer des prix excessifs sur les vols intérieurs…

C’est bien :mrgreen:

La gentillesse des gens et l’ambiance générale, cool, sans aucun racisme ni tension… Je connais d’autres îles Française, coté Antilles pour ne pas les nommer, qui feraient bien de s’en inspirer…

Nous nous sommes déplacé presque uniquement en stop, à 4 et n’avons quasi jamais vraiment attendu. Merci tout de même aux enfants qui sont d’une efficacité redoutable puisqu’on nous a souvent dit des choses dans le style : « les pauvres petits, je n’allais pas les laisser sous le soleil »…

9

C’est moins bien, voir c’est dur 😳

Le temps en hiver peu être vraiment très moyen… sur nos 4 semaines, on a bien eu 2 semaines de mauvais, avec pluie et température un peu fraîche…

 

 

Santé o_O

Une angine pour notre Lily, qui nous a obligé à lever le pied quelques jours, premier bobo depuis le départ mis à part les problèmes de dos d’Olivier : le voyage serait-il aussi bon pour la santé !

Douleurs dorsales et thoraciques d’Olivier diagnostiquées par un Rhumato de Tahiti : Spondylarthrite Ankylosante…

ans un autre contexte, l’annonce aurait été mal prise, mais me voilà rassuré, je ne deviens pas fou et j’ai maintenant les bons remèdes pour mettre fin à ces crises. De plus, vu mon âge avancé (toujours sympa de se faire confirmer que l’on est vieux…) et l’évolution généralement lente de cette maladie, ainsi que les nouvelles Biothérapies sorties depuis quelques années, cela se gère à priori plutôt bien… Enfin, j’ai eu plusieurs témoignages de personnes ayant réglé le problème avec un simple régime (sans gluten, sans lactose), je vais donc m’y essayer dès notre arrivé à la Réunion. Ouf, le voyage continu… sachant qu’avec toutes les idées qui me trottent dans la tête, il me faut bien encore quelques décennies pour en tester quelques unes…11

Le responsable qui m’a gâché le jour de l’an en guise de dernière soirée avec les copains est identifié ! Promis les amis, je serais en pleine forme pour la fiesta de retour !

 

 

Réflexion du jour 💡

Vivre en Polynésie, vivre au Paradis ?
Notre expérience est trop courte pour avoir un avis vraiment pertinent, mais voici quelques éléments pour les candidats à l’exil !6

Le Vouvoiement n’existe pas dans les îles, voilà déjà un très bon point. Cela est vraiment agréable et évite cette ségrégation stupide que l’on ne sait jamais comment appliquer chez nous. Je vote sans aucune hésitation pour une réforme de notre langue afin de supprimer cette sale règle sans doute pensée par les êtres supérieurs !

Hormis à Papeete, seule grande ville ou il y a sans doute quelques quartiers peu fréquentables, l’ambiance est tranquille, respectueuse et sans danger, les gens sont souriants et aimables, ils ne donnent pas l’impression d’être toujours pressés, comme c’est le cas chez nous.

Il est clair que la Culture telle que décrite par les bobos des grandes-villes (musée, expo, théatre, concert…) est bien limitée et que celui qui ne peut s’en passer sera en manque, mais la culture pour moi est bien plus large et ouverte… l’océan, la nature, la culture et la langue Tahitienne, la voile, la pirogue, la plongée, les montagnes, les lagons… offrent milles sujets intéressants qui peuvent nourrir les curieux, techniciens, rêveurs ou scientifiques de tout poils.

Par contre, l’intégration, la vrai, prend sans doute beaucoup de temps, cela passe probablement par l’apprentissage du Tahitien. Le dépaysement est fort et la période d’adaptation sans doute un peu difficile. Plusieurs profs qui nous ont pris en stop, ont failli rentrer plus vite que prévu avant de prendre le « rythme ». Une équipe médicale s’est spécialisée dans le traitement de personnes souffrants de douleurs diverses et de dépressions ; troubles liés à la déception d’une vie idéalisée avant d’arriver et qui s’avère plus compliquée que prévu…

Bref, dans l’absolue, je crois que l’on est plus prêt de la vie idéale mais que le fossé à franchir est difficile. Peut-être plus simple de se remettre en question chez nous et d’adopter un mode de vie plus en phase avec nos aspirations…

 

 

Jour après Jour

[10 & 11 Juillet 2015] Arrivée à Papeete

Nous y voilà, dans cet endroit si convoité, si réputé, si proche du Paradis paraît-il… Comme à notre habitude, nous arrivons à l’aéroport sans aucune réservation et sans adresse précise dans notre besace… Soit nous dormons à l’aéroport vu l’heure tardive, soit … nous improvisons !

Pour la nuit à l’aéroport, c’est compromis… il est tout petit, ouvert sur l’extérieur et à priori en effervescence quasi constante. Pour nous compliquer la tache, pas de Wifi… Wifi que l’on trouve aisément en pleine pampa au fin fond de la Bolivie… Bienvenue en France !

Quelques coups de fils aux bonnes adresses du Petit-Futé, tout est plein… ça commence à sentir la loose avec les enfants qui s’endorment sur les sacs… Tour des taxis jusqu’à une charmante dame qui appelle une amie et nous trouve une chambre dans une pension à 2 pas. Cool, oui mais la chambre est crado, pourrie, coûte 85€ et le taxi pour 3mn de trajet 20€… Bienvenue au Paradis !

 

Le Festival de Danse HEIVA

Nous arrivons en plein HEIVA, gros festival international de danse Tahitienne ; n’étant pas certain de repasser quelques jours sur Papeete, nous plongeons dans la culture local dès le premier soir.

La scène est géante et les groupes de danseurs qui se succèdent avec leurs musiciens traditionnels sont impressionnants à voir, beau spectacle. Le décalage horaire nous contraint à rentrer avant la fin avec un fardeau endormi sur les bras nommé petit Eliot 🙂

Ce diaporama nécessite JavaScript.


[12 au 15 Juillet 2015] MOOREA

S’étant rendu compte à la dernière minute du prix exorbitant des logements et de l’inexistence de camping, nous avons lancé un appel à la communauté pour trouver le jardin d’un ami d’amis d’amis afin de planter la tente à moindre coût.

Solange G., une amie de boulot de Sonia nous a donné l’adresse d’une cousine installée sur Moorea ; cousine qui a répondu favorablement à notre demande. Cool, Merci Solange, Bonjour & Merci beaucoup Maude et Eric qui nous prêtent même une chambre d’amis !

 

Nage avec les Raies et les Requins

A l’hôtel des Tipaniers, à l’extrémité Nord de l’île, il est possible de louer des kayaks pour 500 CFP (~5€ et d’éviter le passage par l’attrapeur de touriste!) afin de traverser la passe en sécurité pour se jeter dans l’eau au milieu des raies et des requins.

Quelques minutes sont nécessaires pour se détendre, minutes un peu plus longues pour notre petite Lily…

L’effet est garanti, la féerie du moment est réelle, pour les terriens plutôt montagnards que nous sommes, la réalité est un rêve, ou le contraire… à vous de voir ! Les raies viennent au contact, montent même un peu sur les gens à la recherche de nourriture puisque les habitués viennent avec quelques nourritures pour les appâter.

 

Randonnée

La randonnée n’est pas du tout développée sur les îles. Il existe très peu de sentiers et d’accompagnateurs. On dit que les forêts sont découpées en de multiples parcelles privées et qu’une autorisation du propriétaire est nécessaire pour y passer, d’où la difficulté d’ouvrir des sentiers, qui de plus nécessitent pas mal d’entretien dans cette région tropicale ou, lors de la saison des pluies, tout pousse et repousse rapidement.

Il s’agit sans doute plus d’un manque de volonté politique, associé au fait que la majeur partie des touristes ne viennent pas ici pour la randonnée, mais bien pour l’océan et son environnement magnifique.16

Il existe tout de même quelques traces, pas forcément bien entretenues, Eric en connaît une qui monte au sommet du Rotui, sommet qui a donné le nom au jus de fruit local, dont l’usine est implantée au pied de ce dernier.

Nous voilà donc parti avec Sonia pour tenter l’expérience. Le sentier devient rapidement raide et rejoint une crête un peu abrupte que le vertige de Sonia n’apprécie pas.

La vue sur la côte est magnifique, les couleurs du lagon et de l’océan sont celles des cartes postales, contrastant avec le vert de la végétation.

Nous sommes partis un peu tard et le soleil haut dans le ciel tape déjà bien fort ; de plus la trace au fur et à mesure s’estompe ; nous décidons donc de faire demi-tour sans avoir atteint le sommet qui doit être à ~40mn.15

Bien belle ballade, le potentiel rando mériterait vraiment d’être développé… Merci Eric pour cette sortie.
Gardien de Maison
Nous passons de très agréables moments en compagnie de Maud & Eric avec qui le courant passe bien et tachons même, le soir, de refaire un peu le monde !

Ils ont une semaine de prévue sur un voilier avec des amis dans 8 jours et nous proposent de garder leur maison durant leur absence ! Whaou, trop sympa… Nous acceptons donc avec joie et décidons donc de partir entre temps visiter l’île de Huahiné, qui est une des plus sauvage et préservée (hors de question d’aller à Bora-Bora ou le tourisme de masse à malheureusement pris le pas sur le bon sens…).

Les seules liaisons inter-îles par voie maritime sont 12 places dans les cargos chaque semaine, places qui sont toutes réservées des mois à l’avance… Le bateau stop, à 4 et dans un délais court, étant aussi probable que de gagner au loto, nous n’avons d’autre solution que de financer le monopôle abusif d’Air Tahiti : 900€ pour 4 A/R de 30mn…

Nous aurions beaucoup aimé visiter également une île des Tuamotu, abritant les plus beaux fonds marins, mais à ce prix, on va se limiter à Huahiné…

2Bon à savoir : le gardiennage de maison est chose courante par ici, en s’y prenant un peu à l’avance et en étant flexible sur les dates, il est sans doute assez facile de trouver une maison à garder durant les vacances scolaires Polynésiennes. Mind-it !

 

 
[16 au 23 Juillet 2015] Huahiné
Nous arrivons à Huahiné sans réservation… Après prise de température et quelques renseignements à l’aéroport, nous trouvons un camping tout au bout de la petite-île, un peu loin de tout, pour un prix raisonnable.

Le gérant, Terrii, est un ancien légionnaire, accompagnateur en montagne maintenant, tient, justement.

Petite séance de stop qui dure au moins 5mn ! Un monsieur attendri par les enfants comme d’habitude nous charge tous les 4 avec nos 4 gros sacs. Il va juste un peu plus loin mais Terrii est son cousin ! Ça tombe bien ! Il nous emmène donc directement à destination à 20km de chez lui quand même !!!

Pas sur que l’on trouve souvent ce niveau de gentillesse chez nous… En le remerciant, je lui glisse un petit billet pour l’essence qui n’est pas donnée par ici. On se rendra compte par la suite que tout le monde est cousin sur cette petite île.

Le camping a l’énorme avantage d’avoir un coin cuisine / repas commun abrité, ce qui est une bonne chose en cette saison et d’être en bord de lagon. Le lieux est sympa même si un peu vieillot et belle surprise, une famille avec 3 enfants dans les bons ages sont installés, chouette ! On va avoir un peu la paix !

 

Belles Rencontres
La famille s’avère être de plus Française, d’Annecy, Benjamin, Catherine et leur 3 enfants Nathan, Juliette et Clara. Ils attendent des copains qui viennent les récupérer en bateau, trop cool.

Il y aussi un jeune couple de TourDuMondistes Français, Camille et Adeline.

Le courant passe bien entre tous et les repas sont donc partagés dans une belle convivialité, les enfants jouent bien et nous laissent donc tranquille !8

Seul point d’ombre, je refais une crise de spondylarthrite (je n’ai eu le diagnostique que plus tard, et ne savais donc toujours pas la raison de ces douleurs / fatigues) et étais donc vraiment HS quasi toute la semaine…

 

Poisson cru au lait de Coco
Nous avons entrepris de faire du poisson cru au lait de coco maison (enfin, plus eux que moi, vu mon état… ceci dit j’ai bien mangé quand même 🙂 ). Très bon, mais un vrai boulot de galérien…

Pourquoi ? Tachez de suive la recette :

1. Acheter une demie bonite au marché, oignons, citron, concombre, carotte, ciboulette…
2. Préparer cette demie bonite et tout découper en petits dés, ainsi que les légumes
3. Presser les ~20 petits citrons vert
4. Trouver une dizaine de noix de coco suffisamment vielles pour avoir de la chair mais pas trop pour être germées
5. Éplucher les cocos à la machette, pour ceux qui n’ont jamais essayé, c’est laborieux, très laborieux…
6. Ouvrir les cocos et les râper : assis sur une pièce métallique avec un petit « peigne » au bout, on frotte les ½ coco pour faire des copeaux : laborieux, très laborieux également
7. Presser la coco ainsi râpée, par petites poignées, dans un linge que l’on essore pour en faire sortir le lait
8. Faire cuire le poisson dans le jus de citron puis mélanger le tout et laisser macérer 15min

13Y’a plus qu’à déguster ! Merci l’équipe !

 

 

 

La ferme aux Perles
Une petite ferme perlière est installée sur l’île, son point de vente est planté en plein milieu du lagon et on a le droit gratuitement à une belle explication : un nucléus, petite bille, en coquille d’huître du Mississippi (celles qui occasionne le moins de rejet à priori, ou autre suivant les producteur) est introduit dans la poche reproductrice, après l’avoir incisée, d’une huître avec un greffon (petit morceau du manteau d’une autre huître, sélectionnée pour sa couleur, qui sécrète la nacre et forme donc normalement les coquilles).14

Après cette opération délicate, réalisée par des greffeurs détenant le savoir faire, les huîtres sont remises à l’eau pour plusieurs années avant d’être de nouveau ouvertes pour récupérer le trésor recouverte d’une fine couche de nacre.

Le taux de réussite est de 25 à 40% et les huîtres qui parviennent à faire une perle (donc à ne pas rejeter le nucléus ou à ne pas mourir…) gagnent la greffe d’un nucléus de taille plus importante dans l’espoir de récupérer une perle toujours plus grosse. Une même huître peut être greffée jusqu’à 6 fois.

L’ensemble de la production de cette petite ferme est écoulée sur place, dans ce charmant petit magasin sur l’eau ; notre Lily en ramènera un beau souvenir qu’elle gardera autour du coup…

7
La petite forme d’Olivier a un peu limité les activités pour cette semaine à Huainé où nous aurions aimé plonger et randonner.

Heureusement, les fonds juste à coté du camping étaient assez sympa et nous ont permis de faire quelques belles séances de snorkling ; Eliot a même eu le droit d’accompagner Benjamin pour une sortie de nuit, cool !
Nous avons également loué une voiture une journée histoire de faire le tour de l’île et de s’en mettre plein les yeux avec des couleurs et des lagons merveilleux. Nous avons aussi rendu visite à de grosses anguilles aux yeux bleus, grassement nourries par les touristes leur offrant boite de maquereau ou autre, dans un petit ruisseau à proximité du lagon. Elles sont sacrées, d’où leur présence dans l’eau et non pas dans les assiettes !
[24 Juillet au 04 Août 2015] Retour sur Mooréa

Nous voilà donc de nouveau chez Maud et Eric qui nous ont très gentillement confié leur maison et, belle surprise pour les enfants, un tout petit chaton les attends ! Ils l’ont retrouvé tout maigrichons sur leur terrain et ont donc décidé de l’adopter. Inutile de dire que les enfants sont ravis !5

Eliot ne le laissera tranquille que pour dormir… Nous profiterons bien de cette semaine de confort, avec de régulière petite ballade sur le lagon en canoë et quelques nouvelles baignades avec nos nouveaux amis, les Raies et les Requins !

 

Plongée sous-marine

Après 1 semaine de forcing auprès de Lily pour qu’elle ose se jeter à l’eau dans le cadre d’un baptême de plongée, elle finie par lâcher le morceau et part donc avec Sonia vivre sa première expérience de plongée sous-marine le dernier jour ! Elle revient ravie et détendue, même pas peur, même pas mal, trop bien ! Elles ont même croisé une tortue qui les a accompagné un moment 🙂

4a

4b

 

 

 

 

 

 

 

A bientôt Polynésie, à ce qu’il parait, celui qui passe par là revient forcément … Nous  avons très envie de pouvoir un jour faire le tour de ces archipels avec notre propre voilier… On peut rêver…

 

 

12

Direction l’hiver de la Nouvelle Zélande… Brrr, après 6 mois d’été, ça va faire froid…

Merci de participer au sondage de la page d’accueil afin que je puisse avoir un panel suffisant  pour afficher le résultat et en changer 🙂 

3 commentaires sur “27- Polynésie Française, on s’approche du Paradis…

  1. Salut Jobi,

    Bien content de savoir que tu connais enfin la cause de tes souffrances et que tu vas enfin pouvoir leur tordre le cou. Bonne continuation à  vous et à bientôt (ça s’approche !!!!) A+

    Phiphi

  2. Merci pour cette escapade à Tahiti. Les photos sont à nouveau magnifiques !!!! De belles rencontres sous marines… take care la famille Grandjean

  3. Tahiti rien que le nom ça fait révé ….. J’ai une amie une de ses amie viens de partir avec sa famille pour 4 ans elle est professeur ……..Entre y etre en vacances et y travaillé on doit pas voir les choses pareil , la vie y est chére mais bon c’est quand même le rêve ………. Olivier , je vis l’enfer avec des douleurs horrible et tout viens d’une piqure de tique je me bats depuis 5 ans ….. je te souhaite de trouvé un traitement qui te soulange , pour moi c’est pas encore le cas …. Bonne continuation a vous
    Bisous Lili

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s